jeudi 17 mars 2011

Rognons (part 1)

En attendant le roi des rognons, celui de notre ami le veau, voici une manière d'accommoder celui de notre autre ami, l'agneau. Quand je suis arrivé chez le Boucher/Tripier, il finissait de les préparer et comme y'avait pas de rognons de veau, et ben je me suis jeté dessus.Voilà.

Cette manière d'accommoder le rognon (qu'il soit d'agneau ou de veau d'ailleurs) n'a rien d'extraordinaire et tout amateur de cuisine des abats la connaît bien sûr. Moi c'est ma grand-mère (RIP), celle qui m'a soufflé de là haut le pseudonyme sous lequel "je signe" les commentaires publiés ici, qui m'a appris à les manger comme ça.

Des rognons d'agneau donc, de première fraîcheur comme dit mon ami JJ qui ne veut que ce qu'il y a de meilleur et il a bien raison...


De la persillade...


Des pommes terres cuites à l'eau bouillante salée avec leur peau puis coupées en frites et dorées à feu vif dans un fond d'huile...


Les rognons d'agneau, huilés, salés, et saisis à feu vif des deux côtés...


Laisser reposer les rognons après cuisson sur une assiette chaude, ils vont lâcher du sang. Faire sauter la persillade dans la poêle des rognons, la déglacer avec un trait de vinaigre et le sang des rognons. Arroser les rognons avec. Et voilà.


Merci Mémé.


Et un bon verre de Saumur Champigny 2009 de Thierry Germain - Domaine des Roches Neuves.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire