dimanche 14 février 2016

Vin de Paname ou de Cajou (Les gosiers ont des yeux...et des oreilles)


La cambuse nourricière de Mâme Eugénie est revigorante car elle est odeur, papilles, partage et savoir-faire. Découverte aussi. Donc ce fut un plaisir que d'être invité à sa table, celle de "La solitude du chorizo", pour y faire macérer les vingt "Lettres à soif" qui figurent dans le menu (colonne de droite si vous débarquez ici). 

Pérégrinations viniques ou "road-mouvigne", flamme à déclarer à nos vigneron-et-ronnes de talent, poussées d'ivresses, bref, elles sont là et ne demandent aujourd'hui qu'à se glisser hors les murs du virtuel.

Après re-écritures, fignolages et mises au point, quelques expériences à Pau ("Cave du palais", je recommande) ou chez Agnès & Jacques Carroget (Domaine de La Paonnerie, un must), ces missives à boire et à picoler se trouvent invitées chez Alain Hing, caviste ci-devant dans le X° arrondissement, rue Alibert, numéro 15. Le taulier est un vrai bonheur. L'enseigne regorge de ces artisans qui font, dirait Sébastien Barrier, qu'enfin, nous sachions qui nous buvons. Cela s'appelle "Au Quai", c'est pas loin du canal Saint-Martin, dont un refrain populaire disait : 

"Saint Martin
Boit du vin
Dans la rue des Capucins
Il a bu la goutte
Il a pas payé
On l'a mis à la porte avec un
Coup d'balai"

   

Donc des lectures des "Lettres à Soif". Le Jeudi 18 Février 2016. Mais pas que.
Je serai accompagné de Pierre Mergen, Plasticien & Landais. Il accrochera aux cimaises d'"Au Quai" une expo incontrôlée de terroir bigarré avec force totems, "liegraphies", dessins et batsare. La "mesclagne" de nos deux imaginaires échevelés s'intitule "Vins de Paname ou de Cajou". Ne demandez pas pourquoi, fichtre, nous n'en savons rien. Parce qu'il nous seyait, voilà tout. Et basta cosi ! comme dirait Eugénie.

Donc, ladite Eugénie, Alain, Pierrot, et ma pomme, on vous attend, vous, vos amis, vos amours pour vérifier que les gosiers ont des yeux et des oreilles. On ira Bodega Obregon au Puerto Santa Maria avec Alberti, à Jurançon, Chemin Larredya, chez les Carroget, dans la cave de Valère Novarina, à Duras, chez Hirotake, à Paname et à Cajou, comme il se doit...et plus, si affinités.

A Jeudi. 18 Février 2016. A partir de 18H00.      


Aucun commentaire:

Publier un commentaire